×

Avertissement

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent ajouter de nouveaux messages. Veuillez vous connecter

gadarinian

Un peu de retard pour ces quelques mots;le tracé du 62 kms était beaucoup  mieux pour moi (celui de l'an dernier était trop dur au premier pointage)Celui de cette année est parfait.Une petite remarque que j'ai déjà fait a mon second "serre -fil"(Philippe )pourquoi pas un 40 -42 ou 45 kms intermédiaire entre vos 2 distances les plus faibles,ou alors les coureurs s'arrêtant a la barrière horaire du 42 kms seraient classés après les finalistes de la totalité du parcours (62 kms)bien sur!Qu'en pensez-vous?De Tout a façon,sur ce parcours je pense y revenir,comme je vous l'avais annoncé l'an dernier!Merci a vous tous et surtout aux" 2 fermeurs" qui m'ont accompagné.


vendredi 14 avril 2017
Christophe et Nelly

Une organisation bien rodée, une ambiance chaleureuse (malgré la météo!), un parcours et des paysages magnifiques avec un Cirque de Navacelles plus beau encore quand on le fait en courant, des bénévoles souriants et aux petits soins pour les coureurs avec toujours quelques mots d'encouragements, c'était extra.
Aucun problème avec le balisage, il y avait ce qu'il faut, par endroit il fallait juste ne pas relacher l'attention. Pour nous, la partie de nuit: nickel avec les éléments réflechissants; peut-être des flèches à certains endroits avec une peinture réfléchissante aurait été un plus pour ceux qui étaient déjà bien fatigués et moins lucides...?

Petit point à améliorer: le premier ravitallement, plus de solide quand on y est arrivé à part quelques oranges.
Bon c'est vrai qu'on a un peu trainé sur cette première quinzaine de kilomètres mais il en avait encore derrière...
Chacun avait normalement pris de quoi palier à une éventualité de la sorte donc ça n'a pas posé de gros problème... pour nous en tout cas !

On a vraiment pris beaucoup de plaisir pour notre première participation et nous reviendrons avec grand plaisir!


jeudi 9 mars 2017
Gilles S

Récit d’un défi un peu fou début 2017 – Le Trail aux étoiles du Vigan 62 km et 2550D+

Avant propos : 
Si tu penses qu’à travers ce récit je me pavane, passe ton chemin… par contre si tu veux partager mon expérience, je t’invite à prendre ma trace…

Après une saison complète sur le challenge des trails Gardois 2016 (FINISHER - 22ème au SCRATCH trails courts et longs réunis), pendant laquelle j’ai découvert l’esprit, l’ambiance, la compétition et l’univers du trail, je me suis fixé un objectif un peu « fou » de faire un premier long pour 2017.

A la fin de ce challenge, un trail long vient me hanter l’esprit par le charme qu’il dégage avec la découverte du cirque de Navacelles : C’est l’édition 2017 du Trail aux étoiles au Vigan. 
Certes il est tôt dans la saison, et même si je n’avais jamais fait plus de 37 km Aigoual 2016… je me le mets dans la tête. Après en avoir discuté avec proches et compagnons d’entraînements, le défi occupe de plus en plus de place dans mon esprit. 
Je prends la « folle » décision début janvier de faire une préparation pour ce défi.

Semaine du 09/01 : 26km 530D+ 
2 sorties (c’est la reprise après un souci sur le tendon du tibia antérieur gauche) 
Semaine du 23/01: 45km 974D+ 
3 sorties, dont la première étape du challenge 2017 le trail long de Coutach Sauves 30km 838D+ (étape importante dans ma décision ou non de m’inscrire officiellement) 
Semaine du 30/01 : 66KM 2257D+ 
4 sorties, dont le premier WE choc avec la reconnaissance des premiers 37kms du trail aux étoiles 1700D+ et le lendemain 17 km 400D+ (ça y est la décision est prise, je serais au départ ! J’ai couru et partagé avec des passionnés et ils m’ont convaincus sans trop de mal !) 
Semaine du 06/02 : 74km 1620D+ 
5 sorties, dont un deuxième WE choc 30km 414D+ et 19km 848D+ le dimanche à Glanum (Je sens que le corps réagi bien à l’augmentation du volume et je suis soutenu par ceux qui connaissent mon défi) 
Semaine du 13/02 : 71km 2546D+ 
4 sorties dont le dernier WE choc 25km 500D+ et le point d’orgue de la préparation 25km 1500D+ (je fini cette préparation par 3 ascensions A/R du Pic Saint Loup en 3H45. De retour à la voiture je retrouve Chris mon partenaire d’entraînement et je pousse un « ouf » de soulagement. C’est la préparation qui touche à sa fin, la messe est dite, je suis éprouvé !) 
Dernière Quinzaine : moins de 30km 
3 sorties d’affûtages de 7 à 10 km pour 500D+ au total (je sens le tendon d’Achille droit et un gonflement sur la cheville droite et la voûte plantaire. C’est la limite du surentraînement et de la blessure, place au repos, à la préparation mentale et du matériel)

Veille de la course, vendredi soir Papy et Mamie récupèrent mes filles. C’est là que je réalise une fois de plus ce que j’impose à mes amours ! J’ai la chance de les avoir et qu’elles me supportent (surtout blessé.)... Ce sont mes poumons et elles me font avancer tous les jours ! 
Les filles quittent la maison, c’est le moment de bien finaliser la préparation : les affaires, les rechanges, le sac, réfléchir aux ravitos (protocoles d’hydratation, d’alimentation : salé et sucré)…mais aussi briefer ma femme sur les temps de passages estimés puisqu’elles sera de l’aventure ! 
Maintenant il me faut dormir ! Déjà la nuit passée était difficile, celle-ci sera équivalente ; je suis excité comme le jour où j’ai réalisé mon premier saut en chute libre, mais pas pour autant rassuré… Je ressasse la reconnaissance et je me dis qu’avec la météo annoncée on va souffrir ! D’ailleurs l’ultra part plus tard et est raccourci, sage décision.

Départ en voiture 9h, arrivée vers 11heures. Pas de surprise, il pleut, il fait frais pour ne pas dire froid, il y a du vent, on distingue de la neige également sur les crêtes et les nuages lèchent les sommets… Je me demande encore ce que je fais ici, je sais que ça va être compliqué, mais ce sera pareil pour tout le monde ! Alors on y va, on ne se démonte pas maintenant : direction le retrait des dossards et le briefing de Gildas.

Départ 12h, il sera donné par la Batucada du Vigan, sous la pluie mais l’ambiance est géniale et chaleureuse. On peut voir des sourires et j’entends autour de moi, « bonne course », « allez régale toi », « prends du plaisirs c’est l’essentiel»… je suis perplexe.

Le décompte est lancé 10, 9 ,…(mais qu’est ce qui m’a prit d’être ici ?) 3, 2, 1… 
Ça part et tout de suite on attaque la sortie du village par une montée goudronnée et des escaliers… On enchaîne une dizaine de km de montée dans la boue et quelques ruissellements. Je constate que je suis assez haut en cardio pourtant je gère tranquillement. Je me sens bien. 
Au 10ème km on compte déjà 850 D+. On passe le col de Mouzoulès où il y beaucoup de vent et la température ressentie est glaciale (heureusement je m’y attendais et j’étais bien équipé BUFF Gants, Veste)…On parcourre les crêtes dégagées dans ces conditions dantesques ! 
Après ça, on change de versant, à l’abri, pour une descente peu sinueuse, boueuse et donc assez glissante… 
Au bout de cette descente un chemin large nous mène au ravito 1 sur lequel j’arrive avec 10 minutes d’avance sur mon temps de passage estimé et je retrouve ma femme (enfin un peu de chaleur humaine, je prends !) Je me ravitaille avec les douceurs prévues à cet effet et un peu de vermicelles.

17km 2H00 - 92eme (14h00)

Je repars au bout de quelques minutes direction la deuxième difficulté… Très rapidement il faut marcher car de nouveau ça grimpe jusqu’au col de Fontaret 600D+. J’enfile mes écouteurs et je grappille deux, trois places. 
En haut c’est le début de la course à pied du 20ème au 37ème il va falloir courir ! Première étape courir jusqu’à Calo Rouge ravito 2 qui signera la fin du Causse, du froid et du vent latéral...Je tiens un bon rythme et recolle progressivement sur des coureurs qui me portent jusqu’au Barnums du ravitaillement. 
Je suis encore en avance sur mon temps estimé. Je prends une bonne soupe de vermicelles, je change de T-Shirt, j’échange avec ma femme qui me fait part de quelques SMS d’encouragements et c’est reparti pour une descente « normalement » agréable sur Navacelles.

27.5km 3H35 – NC (15h35)

Première partie plutôt bonne, mais c’était sans compter l’eau omniprésente dans les monotraces après le moulin de la Foux (lieu magique) ! J’ai l’impression de jouer à la marelle, je saute d’un côté à l’autre des singles pour éviter de courir dans l’eau. Je sens que je vais m’épuiser musculairement, alors bon, on va mettre les pieds dans l’eau et puis c’est tout ! 
J’arrive à accrocher un groupe de coureurs et je reste au contact pour profiter du train jusqu’au Village de Navacelles où je retrouve furtivement mon père et Sophie ! Pas le temps de faire le clown dans ce Cirque, je dois sortir de cet « attrape touriste » ! Direction le belvédère.

27.5km 4H34 – NC (16h34)

Grosse ascension, redoutée de tous ! C’est parti pour 4km de montée pentue et difficile avec des marches de plus de 40 cm par moment. Au 2/3 je retrouve encore mes deux supporteurs du jour et Jérémy M. également omniprésent sur le parcours. Haa, ils me font un bien fou à chaque entrevue ! 10 mètres de plat et ça regrimpe encore avant d’attaquer un faux plat de 2.5 km jusqu’au ravito 3. Sur 300m Sophie et mon père m’accompagnent et me promettent un ravito chaleureux…ils avaient bien raison c’est le top ! 
Je suis toujours en avance sur mes estimations de 45 minutes… je préfère ne pas me focaliser dessus car l’objectif est simple « finir »… Le fait d’être en avance m’inquiète plus que me conforte, vais-je exploser à un moment ? Suis-je à ma place ? Je ne connais pas le classement à ce moment là et je m’en moque puisque l’objectif unique c’est la ligne d’arrivée ! 
Allez zou, je m’alimente, change T-Shirt, BUFF, Gants, emporte la frontale, et ça repart au bout de quelques minutes ! Je suis toujours lucide et suis à la lettre mes protocoles d’alimentation et d’hydratation.

42km 5H17 - 78eme (17h17)

Arrive le moment que je redoute le plus, le deuxième passage sur le Causse et ses faux plats montants. Il va falloir courir 6km avec toujours le même vent ¾ face et le froid de la fin d’après midi (vive les Cévènnes). J’alterne course et marche (parfois) quand ça monte même légèrement. On se tire la bourre avec un autre gars mais à aucun moment on collaborera, dommage pour nous… 
Enfin la descente de 3km, elle est technique, les jambes sont fatiguées, je passe devant, je rattrape du monde, la luminosité diminue. Il faut être vigilant car ça descend fort et ça glisse sérieusement… heureusement on croise quelques arbres pour se freiner ! 
J’aperçois le ravito 4 et Sophie qui me fait signe au chaud derrière une fenêtre ! Ça fait du bien de retrouver celle que j’aime car là je rentre dans le dur ! 
Je lui fais signe que je vais changer de chaussettes et remplir les gourdes seulement cette fois. Je ne veux pas risquer de me refroidir. Sophie m’apprend qu’au ravito précédent j’étais 78 ème… j’hallucine !?! Je dois rester concentré sur mon objectif, m’alimenter, pour éviter toutes déconvenues et pouvoir valider mon défi ! 
Je prends le temps de déconner un peu, histoire de décompresser avec d’autres coureurs qui venaient de faire le 21km de l’Oignon Doux 1000D+ et je repars de nuit cette fois…

52km 6H43 - 70eme (18H43)

J’attaque la dernière bosse du jour 450D+ pour le col d’Esparon. C’est l’heure d’allumer la frontale et par la même occasion de changer d’ambiance et de repères. 
Je fais l’effort pour revenir sur deux gars pour ne pas me retrouver seul dans cette dernière difficulté. Elle me parait bien longue cette côte, elle me rappelle mon 3ème Pic Saint Loup de la préparation et je savais bien qu’il m’aiderait ce bon vieux Cépage ! 
Voilà qu’on bascule dans une descente plutôt roulante. Là je comprends que maintenant c’est le mental qui entre dans la partie… Ill va falloir tenir un rythme « juste » jusqu’à l’arrivée pour ne pas perdre de place ! On peut voir des frontales devant, derrière et les distances entre coureurs sont difficilement évaluables. 
On retrouve la civilisation, enfin ils sont au chaud les habitants… sauf les bénévoles, toujours agréables, encourageants et chaleureux, qui bravent les mêmes conditions que nous… faut-il le souligner ?

C’est le Money time ! Il faut lutter, je tiens mon rythme. Avec toujours cette devise en fin de course, un mec te double, tu dois en doubler un autre. Je ne me laisse pas embarquer par plus rapide que moi. Un coureur me dépose à 1.5 km de l’arrivée, un autre aussi, celui là je le reprendrais 1km plus loin en train de marcher (il s’est cramé). A l’arrivé, j’en double un autre à 100m de la ligne, c’est pas sympa je me dis mais bon c’est la course… 15s d’écart sur plus de 8 heures de course, c’est infime.

La salle et l’arche m’ouvrent leur porte, je fais de même comme si j’embrassais la ligne. C’est iréel, j’y suis et dans un temps inimaginable au départ.

Au final, je termine en 8h04m45s 68ème au SCRATCH sur 341 Participants - 270 Arrivées - 42 Abandons

L’aventure se termine ainsi ! Ce fût dur à préparer et réaliser mais c’est ça un défi ! Un régal au final. Alors certes je ne peux pas dire pendant la course que, « je me suis régalé », « j’ai pris du plaisirs », mais là ça y est je savoure et je plane !

Immense MERCI au Ceven-Trail, aux organisateurs et bénévoles, à tous ceux qui, de prés ou de loin, nous permettent de vivre ces moments. De mon côté, c’est un mois de préparation et une course de 8 heures, mais pour vous c’est une année complète d’organisation et vous avez subits les conditions météo parfois dantesques pendant l’évènement…

Une pensée à tous ceux qui m’ont accompagné dans cette aventure que ce soit, avant, pendant ou après la course, sportivement et pas que… Vous m’avez tous apporté quelque chose !

A ceux qui me supportent par Vents et Marais, dans tous les sens du terme !

A ma femme Sophie, mon cœur, et mes deux poumons Eléa et Thaïs. Sans elles ces quelques mots n’auraient jamais vu le jour. 

Gilles


mardi 7 mars 2017
Vincent Mazurek

Salut la team Ceven'trail!

Un grand merci pour l'organisation de ces belles courses! Parcours magnifique, ambiance excellente, quasiment au top!
Une ou deux petites remarques quand même:

- les quantités et/ou la variété étaient un peu limites sur certains ravitos (j'arrive au milieu du paquet à Arre et déjà plus grand chose à manger...)

- le balisage nocturne était un peu léger (les flèches au sol et la rubalise quand il fait nuit c'est moyennement visible) et trop espacé, j'ai eu des vrais moments de doute sur le chemin à suivre

Merci pour tout!


mardi 7 mars 2017
maurice

Merci à tous pour la bonne ambiance aussi bien coté coureurs que bénévoles merci pour le sourire et le courage d'êtres là malgré une météo capricieuse.Une région magnifique même sans soleil. A refaire 

 


lundi 6 mars 2017
Alain

Des paysages magnifiques, les villages que nous avons traversé étaient tous splendides, des bénévoles aux petits soins !! merci à eux !

2 bémols à relever: côté logistique, le manque de nourriture salé aux 2 premiers ravitaillements (16 et 27,5) et coté trail,  trop de parties goudronnées à mon sens.

Sinon bravo aux organisateurs, et aux coureurs !!


lundi 6 mars 2017
Cécile Clet

Des paysages magnifiques malgré le temps maussade, un parcours exigeant pour un début de saison mais vraiment de toute beauté. Bravo et merci aux bénévoles car il fallait aussi être courageux pour garder le sourire et la bonne humeur. Venant de Dijon, nous avons découvert une région fabuleusement belle même sans le soleil. Un trail à faire et à refaire sans aucune hésitation. Juste un petit bémol pour les douches à la fin! Chaude ça serait le top :-)

 


dimanche 5 mars 2017
didier

Super journée malgré le temps mitigé... Un grand merci à tous les bénévoles pour leurs sourires indispensable quand les jambes chauffent. Le tour du cirque était vraiment magnifique!!! 


dimanche 5 mars 2017
Powered by Phoca Guestbook

Nos partenaires

 
 

Connexion